Etudes de cas

Précédent
19/12/2013
Etudes de cas

Ego Facto

« UN  HYMNE À L’AFFIRMATION DE SOI »
« Faites   votre  déclaration d’ego ! » Telle  est l’invitation provocatrice de Pierre Aulas, le talentueux créateur d’Ego Facto, une nouvelle marque de parfumerie dont on n’a pas fini d’entendre  parler !

Pierre AULAS, qui êtes vous? 

Je suis, depuis 15 ans, une espèce d’électron libre de la parfumerie. Sous l’impulsion d’une marraine en or, Vera Strübi, PDG historique de Thierry Mugler Parfums, j’ai crée ma société de consulting olfactif : Art of Nose. 

Qu'est-ce qu'EGO FACTO ?

Une nouvelle marque, mais surtout 7 nouveaux parfums ou, pour être plus précis, 7 portraits de personnalités à l’ego très marqué. Tous rangés sous l’éventail du Paon, symbole de la marque, chacun des parfums EGO FACTO porte son propre emblème, traduction de sa composition ou condensé de sa personnalité.

Pourquoi EGO FACTO ?

Je perçois le parfum comme un prolongateur de la personnalité. Chacun de mes jus  affiche un parti pris olfactif, évoqué par son nom. La fantaisie n’est pas incompatible avec le luxe ! J’ai créé un univers qui me ressemble, sans concession. EGO FACTO est mon hymne à l’affirmation de soi, à l’acceptation de ses contradictions, une déclaration de liberté !

Quel type de marché souhaitez-vous toucher ?

Ma démarche n’est pas marketing. Je ne parle pas de cible mais d’émotions. J’aimerais toucher les gens qui aiment le parfum et qui ne trouvent plus leur bonheur dans les propositions actuelles.

Quel a été votre fil conducteur pour le packaging ?
Le flacon, épuré mais qualitatif avec son fond épais, fait la part belle au jus tandis que le bouchon  en cristal, poli à la main, nargue les autres parfums qui préfèrent généralement le plastique. Dernière coquetterie, chaque flacon se pare d’un pendentif et d’une médaille  marquée de l’emblème du parfum.
Chaque flacon est protégé par un coffret magnétique, en lieu et place du traditionnel étui, qui révèle une phrase  malicieuse  jusque sous son rabat.
Ces écrins se différencient par leur couleur, dans des tons « rabattus » qui évoquent une filiation avec l’artisanat. Ce choix est résolument en opposition avec les codes classiques du luxe (blanc, noir et or). Mais sur un segment où toutes les marques proposent  la même vision, le véritable luxe s’incarne pour moi  dans cette différence.
                     

Pourquoi avoir choisi un flacon du catalogue Saverglass ?

Parce qu’il est beau tout simplement ! Parce que le poids de verre est visible et correspond bien à mon idée d’un flacon « post-artisanal ». Pour moi, il ressemble à une carafe « fillette  », comme on dit à Lyon, et mon capot cristal serait comme un verre renversé sur son oulot.
Quels sont les critères prioritaires dans le choix d’un modèle déposé verrier ?
Dans mon cas, c’est purement l’esthétique et la souplesse d’approvisionnement.
Pourquoi avoir misé sur un modèle « standard » ?
Quand on crée une marque alternative, croyez vous sérieusement que les volumes vous permettent d’imaginer votre propre flacon ?
Pourquoi avoir choisi une distribution exclusive par Marionnaud ?
Mon but était de créer des parfums à la manière des parfums dits de niche, mais de rendre ce luxe accessible à tous. D’où un prix de vente raisonnable (59€ les 50 ml) dans un réseau à large audience.
Pourquoi avez-vous lancé le produit sur la contenance 50 ml ?
Le marché s’oriente vers les petites contenances, probablement pour des questions de prix. Néanmoins, si EGO FACTO marche bien, pourquoi ne pas envisager une déclinaison en 100 et/ou 30 ml ? Alea jacta est !