Etudes de cas

Précédent
19/12/2013
Etudes de cas

Bordelaise 1855 : Le respect de l'héritage

La Bordelaise 1855, véritable "Bouteille d'époque" qui reproduit la forme originelle de la bouteille Bordeaux, poursuit sa carrière prometteuse...  Découvrez quelques unes des applications produit, dotées de tous les signes d'authenticité du modèle historique de référence.

 

D’abord « soufflée bouche » au 19e  siècle, puis fabriquée en procédé semi-automatique au début du 20e, la bouteille Bordeaux reste intangible durant toute cette période : mêmes proportions, même silhouette conique, même type de col et de bague, même profil de piqûre très profonde.

La forme  et surtout le fond

L’objectif assigné à la Bordelaise 1855 était de répliquer fidèlement toutes ces caractéristiques sans concession esthétique, ni technique, aux contraintes d’une production en procédé automatique. Le tour de force verrier a résidé principalement dans la reproduction des particularités des fonds de bouteilles d’antan : un plan de pose très étroit et parfaitement lisse (absence de stries de fond), une piqûre très profonde (58 mm) de profil carré et pourvue d’une « boudine » (demie-perle de verre logée au fond de la piqûre). De quoi ravir esthètes, œnophiles, collectionneurs et sommeliers.

Hommage des vignobles émergents

Alors que d’ordinaire, la promotion commerciale et l’implantation d’un nouveau modèle suppose un délai de maturation d’au moins un à deux ans, les premiers référencements de la « 1855 » ont été immédiats et spontanés. Paradoxe ou ironie de l’histoire, les premiers producteurs de vin à plébisciter ce modèle de pure culture bordelaise élevé au rang de bouteille de luxe sont Californiens, Sud Africains, Chiliens et Chinois…

Ce bel accueil a conduit SAVERGLASS à concevoir une version bourguignonne, baptisée « 1859 ».

1855, une date fondatrice

La « classification de 1855 » établie à l’occasion  de l’Exposition Universelle de Paris en 1855 concerne 61 vins rouges du Médoc et de Graves et 27 liquoreux de Sauternes. Plus de 150 ans après son établissement,  ce classement fait encore autorité dans le monde entier, même si sa critique  est le jeu de société favori des journalistes spécialisés,  des œnophiles, des sommeliers.

Loin de l’affaiblir,  ces controverses rendent encore plus vivante cette hiérarchie au point de lui conférer un statut mythique.